Menu Nous contacter
  • En - Fr
  • Paris
  • 29 juillet 2021
JCDecaux SA (Euronext Paris : DEC), numéro un mondial de la communication extérieure, publie ce jour ses résultats pour le premier semestre 2021.

A l’occasion de la publication des résultats du premier semestre 2021, Jean-François Decaux, Président du Directoire et Co-Directeur Général de JCDecaux, a déclaré :

« Le chiffre d’affaires de notre Groupe a augmenté ce semestre de 0,6 % pour atteindre 1 082,3 millions d’euros soit une hausse du chiffre d’affaires organique de 2,9 % porté par un second trimestre meilleur qu’attendu à +80,2% de croissance organique grâce à une forte reprise de l’activité mobilier urbain dans toutes nos régions et plus particulièrement en Europe. Alors que le premier trimestre a été fortement impacté par d’importantes restrictions de mobilité dans le monde entier, au second trimestre nos activités Mobilier Urbain et Affichage ont connu un fort rebond avec le retour de niveaux d’audience conséquents en ville à la suite de la levée progressive des mesures de confinement. L’activité Transport a continué à souffrir d’un nombre réduit de voyageurs dans les transports en commun et d’un trafic aérien international quasi-inexistant, les régions Amérique du Nord et Royaume-Uni étant les plus affectées alors que l’activité en Chine continentale a connu une croissance à deux chiffres grâce à un trafic aérien domestique proche du niveau pré Covid-19.

Le chiffre d’affaires digital (Digital Out of Home ou DOOH) représente au premier semestre 22,8% du chiffre d’affaires du Groupe avec notamment une dynamique très positive pour notre activité commerciale programmatique. La plateforme VIOOH, plateforme de vente programmatique la plus connectée du marché de la communication extérieure, est désormais active dans 13 pays après son lancement au second trimestre 2021 en Australie et en France.

Malgré une croissance des revenus limitée de 6,9 millions d’euros au premier semestre 2021, notre marge opérationnelle s’est fortement améliorée de 93,2 millions d’euros, pour redevenir positive à 31,4 millions d’euros, à comparer à une perte opérationnelle de -61,8 millions d’euros au premier semestre 2020, grâce à une composition des revenus favorable ce semestre aux activités roadside à marges plus élevées et grâce à la poursuite de nos mesures de réduction des coûts, y compris les allègements de loyers, la gestion des coûts de personnel et une réduction des frais généraux. Notre gestion toujours plus exigeante de nos investissements et de notre besoin en fonds de roulement combinée à l’absence de distribution de dividendes pour la deuxième année consécutive nous ont permis de contenir notre cash-flow disponible à un niveau de -63,2 millions d’euros au premier semestre 2021 et de maintenir notre dette nette quasiment stable sur un an à environ 1,2 milliard d’euros à fin juin 2021. En matière de RSE, nous avons continué à développer nos initiatives prééminentes et nos engagements forts ce semestre, en décidant notamment d’atteindre la neutralité carbone pour nos activités en France dès 2021.

En ce qui concerne le troisième trimestre 2021, malgré une visibilité faible notamment liée à la forte volatilité de l’activité publicitaire dans le monde et malgré des niveaux d’audience qui demeurent réduits dans certaines activités telles le trafic aérien international et les transports en commun et qui pourraient prendre plus de temps pour retrouver leurs niveaux d’avant crise, nous prévoyons désormais une croissance du chiffre d’affaires organique ajusté supérieure à +20% du fait de tendances positives observées actuellement, avec certaines activités désormais proches de leurs niveaux pré-Covid-19, à condition toutefois que les restrictions de mobilité ne soient pas significativement renforcées.

Je tiens à remercier sincèrement nos équipes à travers le monde pour leur implication sans faille, leur résilience, leur agilité et leur capacité d’innovation.

En tant qu’entreprise de communication extérieure mondiale la plus digitalisée, alliée à une nouvelle plateforme de vente à l’audience alimentée en données qualifiées, à notre portefeuille diversifié, à notre faculté à remporter de nouveaux contrats, à la solidité de notre structure financière et à la qualité de nos équipes dans le monde, nous considérons que nous sommes bien placés pour bénéficier du rebond. Nous sommes plus que jamais convaincus de la puissance croissante de notre média dans un paysage publicitaire de plus en plus fragmenté et du rôle important qu’il continuera de jouer dans la reprise économique ainsi que dans les transformations positives de notre société. 
»

A la suite de l’application des normes IFRS 11 depuis le 1er janvier 2014 et IFRS 16 depuis le 1er janvier 2019, et conformément aux recommandations de l’AMF, les données opérationnelles présentées ci-dessous sont ajustées :
  • pour prendre en compte l’impact en proportionnel des sociétés sous contrôle conjoint, en ce qui concerne la norme IFRS 11,
  • pour exclure l’impact IFRS 16 sur nos contrats de location « core business » (contrats de location d’emplacements destinés à des structures publicitaires hors contrats de location immobilière et de véhicules).
Merci de vous référer au paragraphe « Données ajustées » en page 6 de ce communiqué pour la définition de ces données ajustées ainsi que pour la réconciliation avec les données IFRS.
Les valeurs figurant dans les tableaux sont généralement exprimées en millions d’euros. La somme des montants arrondis ou les calculs de variations peuvent présenter des écarts non significatifs par rapport aux valeurs reportées.

CHIFFRE D’AFFAIRES AJUSTÉ
Le chiffre d’affaires ajusté du Groupe pour le premier semestre 2021 est en hausse de +0,6% à 1 082,3 millions d’euros, avec une hausse organique (hors effets de change et de changement de périmètre) de 2,9%. Le chiffre d’affaires publicitaire ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain et de supports publicitaires est en hausse de +1,7% en organique au premier semestre 2021.

Au second trimestre, le chiffre d’affaires ajusté du Groupe a augmenté de +78,5% pour atteindre 628,1 millions d’euros, avec une croissance organique de +80,2% par rapport au second trimestre 2020.
Le chiffre d’affaires publicitaire ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain et de supports publicitaires est en hausse de +86,3% en organique au second trimestre 2021.

Chiffre d’affaires ajusté
m€S1 2021S1 2020Variation 21/20
 T1T2S1T1T2S1T1T2S1
Mobilier Urbain223,8337,8561,6325,5154,4479,9-31,3%118,9%17,0%
Transport151,6186,8338,4281,7141,2423,0-46,2%32,3%-20,0%
Affichage78,9103,4182,4116,356,3172,6-32,1%83,8%5,7%
Total454,3628,11 082,3723,6351,91 075,4-37,2%78,5%0,6%
Croissance organique du chiffre d’affaires ajusté (a)

 
Variation 21/20
 T1T2S1
Mobilier Urbain-30,8%118,4%17,2%
Transport-42,7%35,9%-16,5%
Affichage-25,7%86,4%10,9%
Total-34,6%80,2%2,9%
(a) A périmètre et taux de change constants

Chiffre d’affaires ajusté par zone géographique
m€S1 2021S1 2020Croissance publiéeCroissance organique(a)
Asie-Pacifique317,1303,24,6%6,8%
Europe(b)307,6283,98,4%8,0%
France225,5189,219,2%16,0%
Reste du Monde102,9108,2-4,9%14,2%
Royaume-Uni80,798,5-18,0%-18,7%
Amérique du Nord48,692,5-47,5%-42,7%
Total1 082,31 075,40,6%2,9%
(a) A périmètre et taux de change constants
(b) Hors France et Royaume-Uni

Merci de noter que les commentaires ci-dessous, relatifs aux zones géographiques, concernent l’évolution du chiffre d’affaires organique.

MOBILIER URBAIN
Le chiffre d’affaires ajusté du premier semestre 2021 est en hausse de +17,0% à 561,6 millions d’euros, +17,2% en organique, grâce à un rebond de l’activité principalement à partir du second trimestre lorsque les restrictions de mobilité liées au Covid-19 ont été progressivement levées. La France, le Royaume-Uni et le Reste du Monde ont connu un fort rebond alors que l’Amérique du Nord a été la seule zone géographique avec une évolution négative du chiffre d’affaires sur la période.
Au premier semestre 2021, le chiffre d’affaires publicitaire organique ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain, croît de +17,7% en organique par rapport au premier semestre 2020.

Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires ajusté a augmenté de 118,9% à 337,8 millions d’euros, soit une croissance organique de 118,4% comparé au second trimestre 2020. Toutes les zones géographiques, dont notamment l’Europe, ont connu de très fortes hausses du chiffre d’affaires comparé à un deuxième trimestre 2020 très difficile.
Le chiffre d’affaires publicitaire organique ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain, est en hausse de +140,0 % au deuxième trimestre 2021 par rapport au deuxième trimestre 2020.

TRANSPORT
Le chiffre d’affaires ajusté du premier semestre 2021 est en baisse de -20,0% et s’établit à 338,4 millions d’euros, -16,5% en organique, fortement impacté par la pandémie du Covid-19, et reflétant une forte baisse du nombre de passagers de vols internationaux dans le monde, mais également, dans une moindre mesure, des trajets dans les transports en commun. L’Asie-Pacifique, avec un trafic aérien domestique supérieur aux niveaux pré-Covid en Chine et le Reste du Monde enregistrent une croissance de leurs chiffres d’affaires sur la période. L’Amérique du Nord et l’Europe ont encore fortement subi les restrictions au trafic aérien.

Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires ajusté a progressé de +32,3% à 186,8 millions d’euros, soit une croissance organique de +35,9% par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière. L’Europe et le Reste du Monde ont connu un fort rebond alors que l’Amérique du Nord a été la seule zone géographique avec un chiffre d’affaires en recul en raison de la fin du contrat avec les aéroports de New-York.

AFFICHAGE
Le chiffre d’affaires ajusté du premier semestre augmente de +5,7% à 182,4 millions d’euros, +10,9% en organique. Toutes les zones géographiques ont connu une hausse de leurs chiffres d’affaires, l’Asie-Pacifique et l’Amérique du Nord ont connu les rebonds les plus prononcés, en ligne avec la forte reprise dans ces régions des audiences liées au trafic automobiles.

Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires ajusté a augmenté de +83,8 % à 103,4 millions d’euros, soit une croissance organique de +86,4% par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière, avec les plus fortes hausses d’activité en Asie-Pacifique, au Royaume-Uni et en Amérique du Nord.

MARGE OPÉRATIONNELLE AJUSTÉE (1)
Les mesures de restriction liées à l’épidémie de Covid-19 ont continué à avoir un effet majeur sur notre activité et sur nos niveaux de marges par segment. Les mesures fortes de réduction des coûts prises par le Groupe depuis le début de la crise du Covid-19 ont permis une augmentation de 93,2 millions d’euros de la marge opérationnelle, alors que le chiffre d’affaires n’augmentait dans le même temps que de 6,9 millions d’euros.
Au premier semestre 2021, la marge opérationnelle ajustée a atteint 31,4 millions d’euros, à comparer à -61,8 millions d’euros au premier semestre 2020. La marge opérationnelle ajustée s’est établie à 2,9% en pourcentage du chiffre d’affaires, une hausse de +860 points de base par rapport au premier semestre 2020, avec un levier opérationnel élevé du fait d’une composition des revenus favorable ce semestre aux activités roadside à marges plus élevées et grâce à la poursuite de nos mesures de réduction des coûts.
 
 S1 2021S1 2020Variation 21/20
 m€% du CAm€% du CAVariation
(m€)
Taux de marge (pb)
Mobilier Urbain49,68,8%(20,6)-4,3%+70,2+1 310pb
Transport(10,0)-3,0%(11,3)-2,7%+1,3-30pb
Affichage(8,2)-4,5%(30,0)-17,4%21,8+1 290pb
Total31,42,9%(61,8)-5,7%+93,2+860pb

Mobilier Urbain : Au premier semestre 2021, la marge opérationnelle ajustée est en hausse de 70,2 millions d’euros à 49,6 millions d’euros. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée s’établit à 8,8%, +1 310 points de base par rapport à l’année précédente.

Transport : Au premier semestre 2021, la marge opérationnelle ajustée est en hausse de 1,3 million d’euros, alors que le chiffre d’affaires est en baisse de 84,6 millions d’euros, grâce à nos mesures d’économies mises en œuvre depuis le début de la crise du Covid-19. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée demeure faible à -3,0%, une baisse de -30 points de base par rapport à l’année précédente.

Affichage : Au premier semestre 2021, la marge opérationnelle ajustée est en hausse de 21,8 millions d’euros. La marge opérationnelle ajustée s’établit à -4,5% du chiffre d’affaires, +1 290 points de base par rapport à l’année précédente.

RÉSULTAT D’EXPLOITATION AJUSTÉ (2)
Au premier semestre 2021, le résultat d’exploitation ajusté avant charges de dépréciation augmente de 35,4%, et s’établit à -166,9 millions d’euros, contre -258,5 millions d’euros en 2020. Il représente -15,4 % du chiffre d’affaires, soit +860 points de base par rapport à 2020 (-24,0%). La hausse est principalement due à l’amélioration de la marge opérationnelle car les montants d’amortissements et de dépréciations sont restées globalement stables.

Une reprise nette de dépréciation totale de +3,5 millions d’euros a été comptabilisée au premier semestre 2021 en raison d’une reprise mécanique de provisions pour perte à terminaison, relatives aux tests de pertes de valeur des années précédentes. Aucune charge de dépréciation sur le goodwill n’a été enregistrée au premier semestre 2021. Une dépréciation des actifs corporels et incorporels et une reprise de provision pour perte à terminaison ainsi qu’une charge de dépréciation sur le goodwill avaient été comptabilisées au premier semestre 2020 pour un total de -60,6 millions d’euros, principalement lié à l’activité Affichage dans le Reste du Monde.

Le résultat d’exploitation ajusté après charges de dépréciation est en hausse de 155,7 millions d’euros à -163,5 millions d’euros au premier semestre 2021 à comparer à -319,2 millions d’euros au premier semestre 2020.

RÉSULTAT FINANCIER (3)
Au premier semestre 2021, les charges d’intérêts sur la dette de loyer IFRS 16 sont de ‑42,1 millions d’euros contre -68,3 millions d’euros au premier semestre 2020, une variation de +26,2 millions d’euros, venant principalement de l’effet mécanique de l’avancement des contrats.

Au premier semestre 2021, les autres charges financières nettes, hors IFRS 16 sont de ‑21,0 millions d’euros contre -14,2 millions d’euros au premier semestre 2020, cette variation de -6,8 millions d’euros correspondant principalement aux intérêts financiers en lien avec l’émission obligataire d’1 milliard d’euros en avril 2020.

SOCIÉTÉS MISES EN ÉQUIVALENCE
Au premier semestre 2021, le résultat des sociétés mises en équivalence est de -6,7 millions d’euros, en hausse par rapport au premier semestre 2020 (-14,6 millions d’euros), mais encore négatif car leur activité continue d’être impactée par la pandémie de la Covid-19.

RÉSULTAT NET PART DU GROUPE
Au premier semestre 2021, le résultat net part du Groupe avant charges de dépréciation est en hausse de 35,3 millions d’euros et s’établit à -163,7 millions d’euros, contre -199,0 millions d’euros au premier semestre 2020.

Après l’impact des charges de dépréciation, le résultat net part du Groupe est en hausse de 93,7 millions d’euros pour s’établir à -161,3 millions d’euros contre -254,9 millions d’euros au premier semestre 2020 en lien avec les dépréciations du premier semestre 2020 rappelées ci-dessus.

INVESTISSEMENTS AJUSTÉS
Au premier semestre 2021, les investissements nets ajustés (acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des cessions) ont été significativement ajustés à la baisse de ‑29,2% de 84,5 millions d’euros au premier semestre 2020 à 59,8 millions d’euros. Les investissements pour poursuivre la digitalisation dans les emplacements premium et pour déployer notre plateforme de vente programmatique ont été maintenus.

CASH-FLOW DISPONIBLE AJUSTÉ (4)
Au premier semestre 2021, le cash-flow disponible ajusté est de -63,2 millions d’euros globalement en ligne avec les investissements de la période.

Les flux opérationnels nets des coûts de maintenance demeurent négatifs à -74,4 millions d’euros mais en amélioration de 77,3 millions d’euros comparé au premier semestre 2020 grâce à la hausse de la marge opérationnelle et à la baisse des impôts payés sur la période, en partie compensées par les intérêts financiers payés en lien avec la hausse de l’endettement brut et d’autres charges non-récurrentes.
Les besoins en fonds de roulement ont baissé fortement, de 71,0 millions d’euros, du fait d’une gestion serrée des encaissements et des paiements, et compensent la variation négative des flux opérationnels nets des coûts de maintenance.

DIVIDENDE
Pour la deuxième année consécutive, l’Assemblée Générale, qui s’est tenue le 20 mai 2021 a décidé de ne pas distribuer de dividende afin de renforcer les liquidités et le bilan de la société ainsi que sa flexibilité financière en réponse à la crise mondiale sans précédent causée par la pandémie de la Covid-19.

DETTE NETTE (5)
La dette nette est restée globalement stable à 1 163,3 millions d’euros au 30 juin 2021, en légère hausse comparée à un niveau de 1 086,3 millions d’euros au 31 décembre 2020, mais en baisse comparée à un niveau de 1 178,6 millions d’euros au 30 juin 2020.

DROITS D’UTILISATION & DETTES DE LOYERS, IFRS 16
Les droits d’utilisation IFRS 16 au 30 juin 2021 sont de 3 090,8 millions d’euros comparés à 3 416,5 millions d’euros au 31 décembre 2020, soit une baisse relative à l’amortissement des droits d’utilisation, aux renégociations de contrats, partiellement compensée par les impacts de change, de nouveaux contrats, des contrats étendus et des contrats renouvelés.

Les dettes de loyers IFRS 16 ont diminué de 356,2 millions d’euros, passant de 4 145,8 millions d’euros au 31 décembre 2020 à 3 789,6 millions d’euros au 30 juin 2021, la baisse des dettes de loyers correspondant à des loyers payés et renégociés, partiellement compensée par des impacts de change, de nouveaux contrats, des contrats étendus et des contrats renouvelés.

DONNÉES AJUSTÉES
La norme IFRS 11, applicable depuis le 1er janvier 2014, conduit à retenir la méthode de la mise en équivalence des sociétés sous contrôle conjoint.
La norme IFRS 16, applicable depuis le 1er janvier 2019, conduit à reconnaitre au bilan, pour les contrats de location, une dette de location pour les loyers fixes contractuels en contrepartie d’un droit d’utilisation à l’actif amorti sur la durée du contrat. Au compte de résultat, la charge de loyer fixe est remplacée par l’amortissement de l’actif en résultat d’exploitation, sous la marge opérationnelle, et une charge d’intérêt sur la dette de loyer en résultat financier, sous le résultat d’exploitation. Pour le cash-flow disponible, l’impact IFRS 16 sur les loyers core et non-core business est retraité. La norme IFRS 16 est sans impact sur les paiements cash mais le remboursement du principal de la dette de loyer est classé en flux de financement.
Toutefois, afin de refléter la réalité opérationnelle du Groupe et la lisibilité de notre performance, les données opérationnelles du reporting de gestion opérationnelle du Groupe, sur lequel s’appuient les dirigeants pour suivre l’activité, allouer les ressources et mesurer la performance continuent :
  • D’intégrer proportionnellement les données opérationnelles des sociétés sous contrôle conjoint ;
  • D’exclure l’impact IFRS 16 sur nos contrats de location « core business » (contrats de location d’emplacements destinés à des structures publicitaires hors contrats de location immobilière et de véhicules).
Pour le compte de résultat, il s’agit de tous les agrégats jusqu’au résultat d’exploitation. Pour le tableau de flux de trésorerie, il s’agit de tous les agrégats jusqu’au cash-flow disponible.
En conséquence, conformément à IFRS 8, l’information sectorielle intégrée aux états financiers est en ligne avec cette information interne, et la communication financière externe du Groupe s’appuie donc sur cette information financière opérationnelle. L’information financière et les commentaires sont donc basés sur des données « ajustées », comparables aux données historiques, qui sont systématiquement réconciliées avec les états financiers IFRS.

Au premier semestre 2021, les impacts des normes IFRS 11 et IFRS 16 sur nos agrégats ajustés sont de :
  • -87,9 millions d’euros pour la norme IFRS 11 sur le chiffre d’affaires ajusté (-106,9 millions d’euros pour la norme IFRS 11 au premier semestre 2020) ; le chiffre d’affaires IFRS est donc de 994,4 millions d’euros (968,6 millions d’euros au premier semestre 2020).
  • -16,0 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 395,4 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur la marge opérationnelle ajustée (-11,2 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 567,3 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2020) ; la marge opérationnelle IFRS est donc de 410,8 millions d’euros (494,3 millions d’euros au premier semestre 2020).
  • -6,3 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 48,0 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le résultat d’exploitation ajusté avant charges de dépréciation (1,0 million d’euros pour la norme IFRS 11 et 105,9 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2020) ; le résultat d’exploitation avant charges de dépréciation IFRS est donc de -125,3 millions d’euros (-151,6 millions d’euros au premier semestre 2020).
  • -6,3 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 48,0 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le résultat d’exploitation ajusté après charges de dépréciation (1,0 million d’euros pour la norme IFRS 11 et 105,9 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2020) ; le résultat d’exploitation après charges de dépréciation IFRS est donc de -121,8 millions d’euros (-212,3 millions d’euros au premier semestre 2020).
  • 1,5 million d’euros pour la norme IFRS 11 sur les investissements ajustés (3,5 millions d’euros pour la norme IFRS 11 au premier semestre 2020) ; les investissements IFRS sont donc de
    -58,4 millions d’euros (-81,0 millions d’euros au premier semestre 2020).
  • 0,8 million d’euros pour la norme IFRS 11 et 317,0 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le cash-flow disponible ajusté (-12,8 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 329,6 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2020) ; le cash-flow disponible IFRS est donc de 254,6 millions d’euros (386,3 millions d’euros au premier semestre 2020).

Une réconciliation complète entre les données ajustées et les données IFRS est disponible page 10 de ce communiqué.

NOTES
(1) Marge opérationnelle : Chiffre d’affaires diminué des coûts directs d’exploitation (hors pièces détachées de maintenance) et des coûts commerciaux, généraux et administratifs.
(2) Résultat d’exploitation : Marge opérationnelle diminuée des dotations aux amortissements et provisions nettes, des pertes de valeur des goodwill, des pièces détachées de maintenance et des autres charges et produits opérationnels.
(3) Résultat financier : Hors impact de charges nettes d’actualisation et de revalorisation des dettes sur engagements de rachat de minoritaires (-1,4 million d’euros au premier semestre 2021 et -0,2 million d’euros au premier semestre 2020).
(4) Cash-flow disponible : Flux net des activités opérationnelles diminué des acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des cessions.
(5) Dette nette : Dette nette de la trésorerie gérée diminuée des découverts bancaires excluant les impacts non-cash IAS 32 (dettes sur engagements de rachat de minoritaires) et incluant les impacts non-cash IFRS 9 (sur la dette et les instruments financiers de couverture) et excluant les dettes locatives, IFRS 16.

DÉFINITION DE LA CROISSANCE ORGANIQUE
La croissance organique du Groupe correspond à la croissance du chiffre d’affaires ajusté hors effet de change et variation de périmètre. L’exercice de référence est inchangé par rapport aux données publiées, et la croissance organique est calculée en appliquant les taux de change moyens de l’exercice précédent au chiffre d’affaires de l’exercice en cours et en prenant en compte les variations de périmètre prorata temporis, mais en incluant les variations de chiffre d’affaires liés aux gains de nouveaux contrats et aux pertes de contrats précédemment en portefeuille.
 
m€ T1T2S1
     
CA ajusté 2020(a)723,6351,91 075,4
     
CA IFRS 2021(b)416,7577,7994,4
Impacts IFRS 11(c)37,650,387,9
CA ajusté 2021(d) = (b) + (c)454,3628,11 082,3
Impacts de change(e)10,64,815,4
CA ajusté 2021 aux taux de change 2020(f) = (d) + (e)464,9632,81 097,7
Variation de périmètre(g)8,01,09,0
CA organique ajusté 2021(h) = (f) + (g)472,9633,91 106,8
     
Croissance organique(i) = (h) / (a)-1-34,6%80,2%2,9%
 
m€Impact des taux de change au 30 juin 2021
  
USD4,4
HKD4,1
BRL2,7
AUD(6,0)
Autres10,2
  
Total15,4
 
Taux de change moyenS1 2021S1 2020
   
USD0,82960,9074
HKD0,10690,1169
BRL0,15410,1848
AUD0,63990,5961
Prochaines informations :
Chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2021 : 4 novembre 2021 (après marché)
Déclarations de nature prévisionnelle
Ce communiqué peut contenir certaines déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Bien que la Société estime que ces déclarations reposent sur des hypothèses raisonnables à la date de publication du présent communiqué, elles sont par nature soumises à des risques et incertitudes, pouvant donner lieu à un écart entre les chiffres réels et ceux indiqués ou induits dans ces déclarations.
Ces risques et incertitudes incluent notamment les risques décrits dans le document de référence déposé par la Société auprès de l’Autorité des Marchés Financiers.
Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières de la Société peuvent obtenir copie de ce document de référence auprès de l’Autorité des Marchés Financiers sur le site web www.amf‑france.org ou directement auprès de la Société sur le site www.jcdecaux.com.
La Société n’a pas l’obligation et ne prend pas l’engagement de mettre à jour ou de réviser les déclarations de nature prévisionnelle.
 

Chiffres clés

  • Chiffre d’affaires 2020 : 2 312m€ - Chiffre d’affaires du 1er semestre 2021 : 1 082,3 m€
  • Une présence dans 3 670 villes de plus de 10 000 habitants
  • Une audience journalière de plus de 840 millions de personnes dans plus de 80 pays
  • 10 230 collaborateurs
  • Leader dans le vélo en libre-service : pionnier de la mobilité douce
  • 1ère entreprise de Communication Extérieure ayant rejoint RE100 (engagement vers le 100 % d’énergies renouvelables)
  • JCDecaux est coté sur l’Eurolist d’Euronext Paris et fait partie des indices Euronext 100 et Euronext Family Business
  • JCDecaux est référencé en matière de performance extra-financière dans les classements FTSE4Good, MSCI et CDP
  • 964 760 faces publicitaires dans le monde
  • N°1 mondial du mobilier urbain (489 500 faces publicitaires)
  • N°1 mondial de la publicité dans les transports avec 156 aéroports et 249 contrats de transport dans les métros, bus, trains et tramways (329 790 faces publicitaires)
  • N°1 européen de l’affichage grand format (129 970 faces publicitaires)
  • N°1 de la communication extérieure en Europe (615 530 faces publicitaires)
  • N°1 de la communication extérieure en Asie-Pacifique (216 590 faces publicitaires)
  • N°1 de la communication extérieure en Amérique Latine (66 120 faces publicitaires)
  • N°1 de la communication extérieure en Afrique (22 500 faces publicitaires)
  • N°1 de la communication extérieure au Moyen-Orient (15 350 faces publicitaires)

Contact

Communication et Nouveaux Usages : Albert Asséraf +33 1 30 79 37 35 dircom@jcdecaux.com
Relations Investisseurs : Rémi Grisard 01 30 79 79 93 remi.grisard@jcdecaux.com

Publié dans INVESTISSEURS